Добро пожаловать! Этот журнал – дневник ежедневных наблюдений за взрослением двух молодых людей – Степана и Ивана. Их восприятие жизни, первые и последующие шаги, взаимоотношения друг с другом и окружающим миром.

Основные действующие лица:
Степан – молодой человек, 2012 года рождения. Обаятельный хулиган, модник и плейбой.
Иван – ещё более молодой человек 2014 года рождения. Пока о нём известно не слишком много, кроме того, что он очень любит поесть, что находит отражение в его фигуре.
Даша – их мама, молодая, любящая и немного беззаботная.
Дима – их папа, он же автор этого журнала.
Бабушка Эля – главный помощник в семье.
Бабушка Таня – главный критик в семье.
Няня Оля – главный помощник с детьми.
Лиля и Игорь – помощники по хозяйству.
Гуннар – сосед. Норвежец. Характер нордический.
Дядя Шашлык – друг семьи, хлебосольный армянин, обожает готовить шашлык.
Животные – дворняги Муся (она же лже-пантера), Дуся (она же лже-овчарка), Плюша (она же Парижская Лиса), Батон (он же Старожил). Кот Рыжик (сам по себе и никому не подчиняется).

В эпизодах многочисленные родственники: дядя Саша – брат папы, тётя Миша – его жена; тётя Настя – сестра мамы; бабушка Женя – мама дяди Саши; дедушки – Володя и Витя; дядя Коля и дядя Миша и многие, многие другие.

Помимо забавных рассказиков про Степана и Ивана в нашем жж можно найти полезные советы интересные ссылки, красивые фотографии и рассказы про путешествия. Журнал обновляется ежедневно, так что присоединяйтесь к кругу наших постоянных читателей! Ура!

28 мая УВИДЕЛА ФРАНЦУЗА И ХВАТЬ ЕГО ЗА ПУЗО

Товарищи! Если кто-то из ваших деток учит французский язык, то под катом вы найдете прекрасные детские   стихи Маршака, Маяковского, Михалкова и Чуковского  остроумно переведенные на французский в 30-е годы прошлого века замечательной Алис Оран. Перевод уникальный, нигде в интернете вы этого не найдете, как они оказались у меня не спрашивайте, а просто копируйте, распечатывайте  и  читайте своим деткам забавные стихи на французском!
                   

345b6

S.Marchak
“BAGAGES”

Une dame mettait aux bagages
            Un canapé,
            un panier
            et un sac de voyage,
            une valise,
            un portrait,
            un fourre-tout…
       Et un tout petit toutou.

On delivre à la dame en echange
Quatre bulletins d’un vert tendre,
Accusant reception des bagages
           Un canapé,
            un panier
            et un sac de voyage,
            une valise,
            un portrait,
            un fourre-tout…
        Et un tout petit toutou.

On transporte les colis sur le quai.
Tout au fond du wagon on jette les bagages:
           le canapé,
           le panier
           et le sac de voyage,
           la valise,
           le portrait,
           le fourre-tout…
       Et le tout petit toutou.

Ding! Dign! Dign!
Le signal retentit…
Et voila
Le toutou qui s’enfuit.

Tout à coup
A la gare de Fili,
On constate
Qu’il manque un colis.
Quel ennui!

On commence à compter les bagages:
           Un canapé,
            un panier
            et un sac de voyage,
            une valise,
            un portrait,
            un fourre-tout…
Camarades!
Où donc est passé le toutou?!

Par bonheur
On avise
Près du train arrêté.
Un gros chien
Au poil dur hérissé
—        Hop!
Le gros chien
Va rejoindre aux bagages
           le panier
           et le sac de voyage,
           la valise,
           le portrait,
           le fourre-tout
          à la place
           du  tout petit toutou.

On arrive en gare de Jitomir.
Aussitôt
Deux porteurs d’accourir.
Et bien vite
Les deux homes
Sont en nage
De charger sur le chariot les bagages
           le canapé,
           le panier
           et le sac de voyage,
           la valise,
           le portrait,
           le fourre-tout…
en trainant derriere eux le ’toutou’.

Et le chien  de grogner
r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r-r!!!

et la dame de hurler:
au secours!
Voleurs! Brigands! Filous!
Ils m’ont changé Bijou!
La dame trepigne
Et bing!
Envoi promener
D’un coup de pied
           le canapé,
           le panier

           et le sac de voyage,
           la valise,
           le portrait,
           le fourre-tout…
Rendez-moi mon toutou!!!

Permettez, citoyenne,
Permettez.
Nous allons sans tarder,
Verifier vos bagages:
            Un canapé,
            un panier
            et un sac de voyage,
            une valise,
            un portrait,
            un fourre-tout…
            et …
            un tout petit toutou…

Et bien,
Tout y est;
Mais, pendant le trajet,
Pardi!
Le toutou a grandi!

8437_i_001

Vladimir Maїakovski. “Ce qui est bien et ce qui est mal.”
                                                

— Mon papa,                              
                        dit un bambin,
Laisse un peu
                        là ton journal.
Dis-moi donc
                        ce qui est bien,
et aussi ce qui est mal.
Des secrets?
                    Je n’en ai pas.
Ecoutez!
                   En clair langage,
la réponse du papa,
je l’écris
                  sous ces images.

Si la grêle drue
                         s’égréne,
Si le vent
                      secoue les toits,
Pour quiconque
                      se promène,
C’est très mal,
                      cela va de soi.

La pluie cesse
                      et le beau temps
Vient.
          Le gai soleil exulte.
C’est très bien
                      pour les enfants
et pour les adultes.

Si un fils
               a les mains sales
et le bout du nez
                           tout noir,
C’est très mal,
                       un vrai scandale!
Ce garçon
                    fait peur à voir!

Celui-ci
               aime la mousse
de savon,
               brosse ses dents.
C’est très bien
                pour sa frimousse.
Ses parents
                sont très contents.

Si un villain
                    batailleur
frappe
         un plus faible
                                bambin,
Ce villain
                me fait horreur.
Je ne vous
                -en dirai rien!

Celui-ci
             s’écrie:
                        — Arrière!
Ne bats pas
                   un plus petit!
Sa maman
                 peut être fière:
son garçon
                 est très gentil!

Ce marmot
                   a déchiré
quatre livres
                     et un ballon.
Les enfants
                      ont déclaré:
Ce n‘est pas
                 un bon garçon!

Celui-ci
            aime travailler,
Suit du doigt
                     la page.
Il sera
           bon écolier,
sage
           comme une image.

La seul vue
                   d’une corneille
fait crier
                 ce moucheron
à nous rompre
                  les oreilles.
C’est très mal
                 d’être poltron!

Celui-ci,
           haut comme
                               trois pommes,
Tient
        l’oiseau mauvais
                                  en respect.
C’est très bien.
                      Ce petit bonhomme
est courageux.
                      Cela me plaît.

Ce lutin,
               dans un bourbier,
saute à pieds joints
                               et barbotte.l
Sa chemise
                    est barbouillée.
C’est très mal
                      d’être malpropre.

Celui-ci
             nettoie et frotte,
lave lui-même
                        ses caoutchoucs.
Il n’est pas
                       plus haut qu’une botte,
Mais il est
                   un vrai bijou.

Sache
           une chose
                             mon garçon:
Si,
     petit,
             tu n’es pas sage,
Tu ne feras
                  rien de bon
en prenant
                   de l’âge.

Tout joyeux
                    part le bambin,
proclamant
                   cette morale:
“Je ferai
               ce qui est bien,
Et jamais
                ce qui est mal!”

0_ac3af_38e11803_XL

Serguéi Mikhalkov
MON AMI REMI ET MOI…

Mon ami Rémi et moi
Nous vivons sous un même toit.

Nous avons pour compagnons
Deux couleuvres,
Deux hérissons,
Deux pinsons –
Vive de gaîté! –
Chantent et volent
En liberté.

Nos couleuvres,
Nos pinsons
Nos hérissons,
Vrais polissons,
Ont envahi
Toute la maisons.
Du haut en bas
Des douze étage,
Ils rampent et trottent,
Font des voyages.

A sept heures,
Sept heures et demie,
Nous nous levons,
Moi et Rémi;
Nous courons vite à l’école,
Avec livres et cahiers;
C’est alors que nos bestioles
Se faufilent dans l’escalier.

Nos hérissons voyageurs
Fouillent les plans des ingénieurs.

Le gérant se met au lit.
Tout à coup il pousse un cri:
Il a vu sous l’oreiller
Deux couleuvres se glisser.

Nos pinsons chantent un duo
Ou un air: Turlututu!…
Le portier branche la radio.
Quel concert! On ne s’entend plus!

L’ingénieur porte en courant
Les hérissons chez le gérant.

Le gérant,peu rassuré,
A tout de même capturé
Nos reptiles
Indociles.

Le voisin a porté plainte:
— Plus de somme, toujours des craintes!
Ces animaux qui trop voyagent,
Au Zoo, qu’on les encage!

Mon ami Rémi et moi
Nous rentrons du cinéma.
Plus de pinsons, de hérissons,
Plus de couleuvres à collier…

Pinsons chanteurs,
Hérissons voyageurs,
Et vous, reptiles indociles,
Allez-vous nous oublier?…

A sept heures, sept heures et demie,
Nous nous levons, moi et Rémi.

Nous allons droit au Zoo,
Silencieux et le coeur gros.

Nous passons devant les cages.
Les gardiens ont l’air sévère.
Cent pinsons de même plumage
S’égosillent dans la volière.

Cent couleuvres à collier
Sifflent sur nos écoliers.

Le moyen de s’y reconnaître
Dans la foule
Des hérissons en boule?
Le moyen de retrouver
Nos couleuvres bigarrées?

Cent pinsons chantent à tue-tête,
Cent pinsons picorent des miettes.

Couleuvres et pinsons,
Hérissons trotte-menu
Ne nous ont pas reconnus…

Il est tard, le soleil baisse à l’horison.
Nous rentrons seuls à la maisons…

0_8fa37_166852b3_XL

K.Tchoukovski   “Le téléphone du docteur Aibobo”
— Allô! Allô!
Qui est a l'appareil?
— L'Elephant Grandoreil.
— Vous desirez?
— Un sac de the.
— Et avec cela?
— Du chocolat.
— Il vous en faut?…
— Cinquante kilos,
Ou cinquante-six,
C'est pour mom fils,
Toto, l'Eléphanteau.
— Dreling! Dreling!
— Allô!
-Allô! C'est moi le
                        Crocodile.
— En quoi puis-je vous être utile?
— Voudrais-tu avoir l'obligeance
De nous envoyer d'urgence
Quatre paires de caoutchoucs.
— Encore! Mais vous êtes fous!
La semaine derniere
Je vous en ai envoyé six paires!
— Peuh! La belle affaire!
Les caoutchoucs
De la semaine dernière
Ont fini dans la soupière.
— Comment?
Vous les avez mangés?!
— Avec des pommes de terre
Et du persil haché.
Mon fils Emile, ma femme
                                     aussi,
Les ont trouvés exquis.
— Dreling! Dreling!
— Allô!
— Nous sommes les petits lapins,
Nous allons battre un grand
                                          record
Envoyez-nous des gants de
                                           sport.
— Dreling! Dreling!
— Encore! Allô!
— Ici, les singes du Zoo.
Nous voulons qu'on nous livre
Des livres.
—        Oh! Oh!
Et puis c'est le tour de l'ours.

— Euh! Euh!
— Ah! C'est vous, Martin,
Que vous faut-il ce matin?
— Euh! Euh!
— Allons, Martin, expliquez-vous,
Je ne comprends rien du tout.
— Euh!
— Vous avez perdu la langue?
Elle est dans votre poche?
Et bien! moi, je raccroche!
Et puis Le Heron au long cou
Me téléphone tout à coup:
— Allô!
— Allô!….Allô! j'ecoute.
— Vite! envoyez-moi des gouttes.
J'ai trop mangé de grenouilles:
Mon ventre est rond
Comme une citrouille.
Et toute la journée,
Du matin au soir,
Du soir au matin:
Ding-dreling! Ding-dreling!
Tantôt le Cerf,
Tantôt le Daim.
Et hier matin
La sonnerie
M'a fait sauter
A bas du lit.
Deux Gazelles,
Deux soeurs jumelles,
M'ont seriné
Cette ritournelle:
— Ah! quel malheur!
Ah! quelle nouvelle
Les chevaux de bois
Du Carrousel,
Un incendie
Les a détruits!
— Voyons, Gazelles,
Qui vous l'a dit?
N'en croyez rien,
C'est un faux bruit.
Les chevaux de bois
Tournent toujours,
Courez, courez
Y faire un tour.
Mais les Gazelles sans cervelle
De reprendre de plus belle:

— Ah! quel malheur!
Ah! quelle nouvelle!
Les chevaux de bois
Du Carrousel,
Un incendie
Les a detruits!
Quelles sottes crécelles que ces
                                          Gazelles!
— Dreling! Dreling!
C'est fatigant à la fin!
— Allô!
— Allô! Ici Le Kangourou.
Kilavtou
N'est pas chez vous?
— Kilavtou?
Pas du tout!
— Comment faire pour lui parler?
— Mais…
Je me fâche, et de hurler:
— Demandez le numéro
Deux fois deux, trois fois zéro!   Voilà trois nuits
Que je n'ai pas dormi.
J'ai grand besoin
De faire un somme.
Mais…
— Dreling!
Le téléphone
Sonne.
— Allô!
— Ici, le Rhinoceros.
  A l'aide! A l'aide! Au secours
— Ne criez pas comme un sourd!
Qu'est-ce qui se passe?
— Hélas! Hélas!
Un malheur? Un accident?
Un drame!
Notre Hippopotame
Est tombé…
— Il est tombé?
— Dans un marais!
Il s'enfonce! Il disparait!
Au secours! Au secours!
-C'est bon, c'est bon. J'accours.
Hô, hisse! Hô, hisse!
Ah! quel sauvetage!
Je suis en nage.
Dame!
Un Hippopotame!

28 мая УВИДЕЛА ФРАНЦУЗА И ХВАТЬ ЕГО ЗА ПУЗО: 28 комментариев

  1. Дала ссылку на ваш пост своей знакомой американка. У нее ребенок учится во французской школе. Говорят, ребенок весь вечер сидел и читал стихи!

  2. Дала ссылку на ваш пост своей знакомой американка. У нее ребенок учится во французской школе. Говорят, ребенок весь вечер сидел и читал стихи!

  3. Спасибо, покажу мужу-французу. А то работа над тем, чтобы привить ему русскую культуру, пока приводит к сомнительным результатам://

  4. Спасибо, покажу мужу-французу. А то работа над тем, чтобы привить ему русскую культуру, пока приводит к сомнительным результатам://

Добавить комментарий

Войти с помощью: